Charline Picon : en mer

Charline Picon est une véliplanchiste française, médaillée d’or aux Jeux Olympiques d’été de 2016 à Rio de Janeiro. Membre de l’Équipe de France de voile olympique, elle s’impose à partir des années 2010 dans les épreuves internationales ; elle est ainsi championne d’Europe en 2013, 2014 et 2016 et devient championne du monde en 2014 avant de remporter le titre olympique en 2016. Retour sur son parcours.

Crédits photo : charlinepicon.com

 

Née le 23 décembre 1984, Charline Picon est une petite fille sportive. Elle s’essaye à plusieurs sports et à l’âge de onze ans, elle s’inscrit dans le club nautique de La Tremblade, où elle débute la planche à voile en 1995. C’est en 2005, pour ses vingt ans, qu’elle se lance dans sa première préparation olympique. Elle gravit rapidement les échelons de la hiérarchie nationale : championne de France minime puis cadette à deux reprises consécutives. En classe de Première, elle fait le choix du sport-études à La Rochelle, première marche vers le haut niveau. Deux ans plus tard, elle décide de suivre des études de STAPS à Poitiers, tout en continuant à naviguer au niveau international. Elle intégrera finalement une école de kiné en 2004. La médaille d’or olympique de Faustine Merret à Athènes en 2004 puis le changement de support la mettent sur les rails de l’olympisme.

UN NOUVEAU STATUT

Si elle ne sait pas encore qu’elle montera sur la plus belle marche du podium des Jeux Olympiques, elle intègre l’Équipe de France en 2006. La seconde olympiade de Charline Picon débute mal : blessée à l’épaule un an plus tôt, elle doit se résoudre à se faire opérer début 2009, ce qui la contraint à s’arrêter six mois et donc à laisser la jeune génération prendre le pouvoir. Mais à son retour, la Royannaise termine troisième des Championnats du monde, son tout premier podium mondial, gagne sa place de leader et le confirme l’année suivante avec une nouvelle médaille de bronze mondiale et une victoire en Coupe du monde à Weymouth, sur le plan d’eau des Jeux de Londres. De nature réservée, elle se construit et s’ouvre au monde par l’intermédiaire de la voile, son exutoire et son moyen d’expression. Durant des années, elle fait ses preuves via le sport de haut niveau. Sur les côtes sud de l’Angleterre, les Jeux Olympiques de 2012 ne seront que déception, avec au final une huitième place bien en-deçà des espoirs initiaux sur l’épreuve RS:W femmes. En vain, mais pas question pour autant de renoncer à l’idéal olympique. De son propre aveu, des petits détails ne lui permettent pas durant cette olympiade de réellement franchir la dernière marche la menant au sommet.Après cette déception, elle hésite à arrêter la compétition car le kitesurf était pressenti pour remplacer la planche à voile lors des Jeux Olympiques suivants. Afin de repartir sur une dynamique positive vers les Jeux Olympiques de Rio 2016, elle s’entoure d’une nouvelle équipe ; Cédric Leroy, l’entraîneur de ses débuts à La Rochelle, étant nommé coach de l’équipe de France féminine de planche. Un nouveau préparateur physique accompagne également Charline qui s’adjoint les services d’un nutritionniste et explore de nouvelles pistes au niveau de la préparation mentale. Tous ces changements portent leurs fruits : championne d’Europe en 2013, elle gagne les deux Test-events de 2014 et 2015 et devient Championne du monde en 2014 à Santander deux manches avant la fin de la compétition. Elle a désormais changé de statut, elle qui était élevée au rang de favorite des Jeux, une compétition qui occupait alors constamment tout son esprit.

RENDEZ-VOUS EN TERRAIN CONNU

En octobre 2015, Charline Picon annonce sa participation aux Jeux Olympiques d’été de 2016 à Rio, où elle a remporté les Test events en 2014 et 2015. Pendant les Jeux Olympiques de 2016, elle remporte la médaille d’or en RS:X devant la Chinoise Chen Peina et la Russe Stefaniya Elfutina. Un mois après, lors d’une cérémonie officielle, son nom est donné au centre nautique de La Tremblade où elle est licenciée. Elle est également élue Marin de l’année 2016 par la Fédération française de voile. Pour la saison 2016-2017, elle prend une année sabbatique pour donner naissance à son premier enfant, une petite fille nommée Lou. Elle ne reprend la compétition qu’en avril 2018 après avoir repris l’entraînement en février. Lors de sa première compétition internationale, à l’occasion des régates de la Semaine Olympique à Hyères, elle finit au pied du podium. Quelques semaines plus tôt, elle a participé à la Coupe de France à Biscarrosse où elle termine victorieuse. Trois mois après son retour à la compétition, elle remporte la médaille d’argent en RS:X lors des Championnats du monde 2018 à Aarhus, derrière la Néerlandaise Lilian De Geus. Cette place lui offre un billet pour les Jeux Olympiques d’été de 2020.
Avec son plaisir de naviguer, sa nouvelle préparation, c’est sans doute possible que Charline Picon se dirigera vers une nouvelle réussite. En or et sans goût amer, si possible.

Ivan GADAY